04.jpg

 

 

L’HISTOIRE D’ORGEVAL

 

Le village d’Orgeval existe depuis la nuit des temps. En effet, plusieurs sites de silex taillés ont été répertoriés par les Archives départementales des Yvelines, sur notre commune.

 

 

Diverses étymologies ont été avancées pour ce nom d’Orgeval, écrit de différentes manières : Orgivallis, Ourgeval (en 1370), Ordia vallis (fin XVe), Aurea vallis, en Celtique « Orc val », c’est-à-dire l’origine de la vallée et, toujours dans cette même langue, « le val d’Otgari ». Orgeval signifierait donc Bord du val.

 

La commune fut sous l’emprise de différents Seigneurs depuis le XIIe siècle avec la famille d’Heubecourt, puis celle de Jean d’Orgeval, Le Coq (XIVe), Le Courtillier, Féret (fin XVIe), Luillier (XVIIe), Les Jarente de Sénas qui vendront la seigneurie en 1776 au futur Louis XVIII qui la revendra lui-même six mois plus tard à Gilbert des Voisins jusqu’à la Révolution. Ce dernier sera guillotiné.

 

On ne peut parler d’Orgeval sans évoquer d’une part son église St Pierre & St Paul construite au XIe siècle et agrandie après la Guerre de Cent ans par les Seigneurs successifs, et d’autre part l’abbaye royale Notre-Dame d’Abbecourt, fondée en 1180 par Gasce de Poissy, et remise aux moines Prémontrés. Une très ancienne fontaine minérale fut retrouvée par le docteur Ferragus, médecin de l’abbaye de Poissy. Il en parla au docteur Gouttard, médecin du Roi et Louis XIV fit remettre la fontaine en état. Ses eaux furent en grande réputation du début du XVIIIe siècle jusqu’à la Révolution. La fontaine fut comblée vers 1827. Il existe encore deux fontaines couvertes qui elles alimentaient en eau l’abbaye par des conduites souterraines. Une de ces conduites est visible au lavoir de la maison des gardes, proche de la fontaine minérale.

 

De nombreux lavoirs et fontaines ont été créés par Frédéric Chartier, maire d’Orgeval de mai 1892 à mai 1925 : lavoir de l’Orme Gauthier, lavoir et fontaine de la Plaisance, lavoir des Bouillons, de la maison des gardes à Abbecourt, du Moutier, de Montamets, petits lavoirs de la sente de Colombet, lavoir et fontaine de la petite Vierge, lavoir du Pré Bossu… fontaine de Colombet, fontaine du Couleau, fontaine Jeanne, fontaine Saint-Pierre…

 

Enfin, il y a aussi la Chapelle Saint-Jean, lieu privilégié pour la fête de la St-Jean, ancienne chapelle castrale du XI-XIIe siècle.

 

Orgeval comptait aussi des grandes propriétés, notamment le Couleau, qui d’après ses propriétaires aurait été un relais de chasse de François 1er, L’Aulnette, construite par le docteur Dumont, le Château d’Orgeval actuel fut construit en 1835 par Tupigny de Bouffé sur une partie de l’ancien château des Jarente, la Brunetterie, le Champ des Biens, et bien sûr la Villa de Frédéric Chartier, créateur des célèbres Bouillons Chartier et du Moulin d’Orgeval, actuelle Mairie d’Orgeval.

 

La surface de la commune est de 1532 hectares. Elle comprend 17 hameaux et près de 170 lieudits. De tout temps, Orgeval a été une terre agricole. De nombreuses fermes y étaient établies : les Bergeries, Beauregard, Les Flambertins, la Folie, Tressancourt, la Butte, Montamets, les Quatre-Torchons, les Beurreries, le Tremblay, le Moutier. Aujourd’hui, même s’il reste des bâtiments, plusieurs d’entre elles ne sont plus en activité. Il ne reste pratiquement que des céréaliers et des arboriculteurs.

 

La renommée d’Orgeval s’est faite justement par ses agriculteurs-arboriculteurs qui proposaient outre des céréales et des choux, des cerises, des prunes, pommes et surtout des poires, alternant les saisons avec les fraises et les framboises qu’ils transportaient jusqu’aux halles de Paris, puis à Rungis.

 

 

 

Les vergers étaient le fleuron agricole du village. Actuellement ils disparaissent peu à peu, remplacés par des parcelles constructibles : pavillons ou logements. Ainsi, en 1793 Orgeval comptait 1 358 habitants, en 1946 il y en avait 1 525, et en ce début d’année 2017, il y a 6149 habitants. L’activité commerciale s’est développée le long de la route de Quarante sous ; l’autoroute A 13 construite en 1939 fut ouverte à la circulation après la seconde guerre mondiale, elle se terminait alors à peu près à la hauteur de la bretelle d’entrée actuelle. L’autoroute fut prolongée par la suite vers la Normandie.

 

Les armoiries d’Orgeval ont été adoptées en 1957 à partir de celles des abbés d’Abbecourt redessinées par Robert Louis, artiste héraldiste :

 

 

D’or à l’aigle le vol abaissé de sable

 

Armoiries de la commune d’Orgeval

 

Ces armoiries seraient celles de l’abbé d’Abbecourt Jean VII Enguerrand mort le 26 octobre 1480.

Elles deviendront officiellement, en 1699, celles de l’Abbaye d’Abbecourt légèrement modifiée avec, au-dessus du carré, une mitre à gauche et une crosse à droite.

Il fut décidé d’adopter un nouveau dessin reprenant les meilleurs

documents de l’époque médiévale.

 

 

 

Sources :      

 

  • Association Histoire d’Orgeval : histoire-orgeval.fr
  • Bulletins Histoire d’Orgeval de 1996 à 2017.
  • Traité des eaux minérales d’Abbecourt, Gouttard, 1718.
  • Orgeval, notice historique, Edmond Bories, 1908.
  • Histoire d’Orgeval, Henri Griset, 1951.
  • Orgeval par monts et par vaux, Marc Wyseur, 2004.
  • Orgeval, images d’un autre temps, Jeannine Hubert, 2009.

 

  • Mairie d’Orgeval.

 

 

 

 

 

ILLUSTRATIONS :

Photos et cartes postales collection Histoire d’Orgeval.

 

 

                              

                    

 

 

 

 Abbecourt

 

 

 

 

  La Chapelle

 

 

Eglise St-Pierre St-Paul

 

 

 

Eglise St Pierre St-Paul

 

La Brunetterie

 

Le Couleau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Villa Chartier

 

Le Champ des biens

 

Le Château

 

 

 

 

 

 Lavoir du Moutier

Lavoir de Montamets

 

Lavoir des Bouillons

Chemin de la Garenne

 

 

 

 

 

 Fontaine 

 

Lavoir de la Plaisance

 

Fontaine St-Pierre

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

   

 

Haut de page